Article précédent - liste - Article suivant

55 « attention, attention »

Pour tous ceux et celles qui n’ont pas eu la chance d’assister au Cabaret Mystique, extrait de la conférence d’Alexandro JODOROWSKY du 22 janvier 2005 à la librairie « les Cents Ciels »

Maintenant je vais parler de l’attention :

C’est très important, Toute la force mentale doit être capable de se fixer dans un point, de se concentrer dans ce qui est le plus important pour nous. Après, je peux étendre mon attention à tout le reste en ayant ce centre d’attention. Exactement, comme quand tu fais une photo. C’est ce que j’appelle « le point de traction ». Dans chaque action que nous faisons, il faut trouver le point de traction, fixer notre attention sur un point et après tout le reste suit. Si on ne fixe pas son attention sur un point, on ne peut pas trouver la totalité et on n’arrive pas à vivre.

Pour changer le mental, j’ai arrêté les mots et j’ai commencé à chercher dans mon esprit sans mots. C’est très, très difficile. L’ego c’est un animal qui parle, mais l’âme profonde ne parle pas. Quand les mots disparaissent, l’être essentiel apparaît. C’est le problème énorme qu’ont les poètes car la poésie avec ses mots essaie d’exprimer le silence. Quand il y a des mots, il n’a pas d’amour. Les mots ne sont pas la chose. S’ils expriment l’amour, il n’y a pas d’amour, c’est une expression de l’amour. Mais l’amour véritable est dans la vacuité essentielle des mots.
Quand on a une forte angoisse, arrêter les mots dans la tête et dès que tu arrêtes les mots, l’angoisse disparaît. Après, tu cherches dans ton corps ce que tu ressens, où cette sensation terrible s’est fixée. Parfois, je la ressens dans la poitrine et je rentre profondément dans la poitrine, sans mots, et après je commence à lâcher l’oppression et cette angoisse se dissout comme un nuage.

Freud dans un livre qui s’appelle « Métapsychologie » parle de pulsions. Quand elles ne se réalisent pas, cela énerve le système nerveux. L’unique chose que veut le système nerveux, c’est être calme. Alors tout ce qui l’énerve est désagréable et tout ce qui le calme est agréable. Un mot agressif énerve le système nerveux et un mot aimable décontracte le système nerveux. Donc, arrêtons la critique. L’amour augmente au fur et à mesure que la critique diminue.
J’essaie d’être utile et que vous puissiez l’appliquer tout de suite.

Voici un exercice : Fermez les yeux et imaginer quelque chose de beau, le plus beau que vous pouvez imaginer. Cela va vous faire un bien énorme bien plus qu’un médicament remboursé par la Sécurité Sociale.
Maintenant, fermez les yeux et remerciez tout ce que vous pouvez, toutes les parties de votre corps, par exemple remerciez ce pouvoir de votre corps de cicatriser une blessure. Déjà, on peut remercier d’être vivant. C’est un cadeau.

Tous droits de traduction, de reproduction et d’adaptation réservés pour tous pays