Article précédent - liste - Article suivant

59 être en contact avec la réalité

Pour tous ceux et celles qui n’ont pas eu la chance d’assister au Cabaret Mystique,
extraits de la conférence d’Alexandro JODOROWSKY du 19 novembre 2005 à la librairie « Les Cent Ciels » 

Je commence par vous raconter une histoire profonde mais qui ne fait pas spécialement rire :

C’est un milliardaire qui a tous ses amis autour de lui, il est vieux, il va mourir et il dit « il y a une piscine très grande pleine de crocodiles. Si quelqu’un se jette dans la piscine et traverse la piscine je lui laisse la moitié de mon argent ». Et personne ne saute, bien sûr. Il dit à nouveau :

  • je laisse tout mon argent si quelqu’un a le courage de nager parmi les crocodiles. Je laisse tout ce que j’ai !

Tout d’un coup il y a quelqu’un qui nage, qui nage, qui nage, donne des coups de pieds aux crocodiles et traverse.
Le milliardaire lui dit « bravo ! tu es courageux, formidable, je te laisse tout »
La personne répond :

  •  non, je ne suis pas courageux, il y a un crétin qui m’a poussé ! 

Cela m’intéresse car j’ai été comme cela. J’étais devant l’action que je devais faire, me connaître à moi-même. On est identifié à soi-même et bien que l’on souffre, c’est notre identité. Alors on n’a pas besoin de quelqu’un qui nous guide mais de quelqu’un qui nous pousse. Le vrai maître ce n’est pas quelqu’un qui t’apprend ce qu’il ne peut pas t’apprendre. L’illumination ne peut pas s’apprendre, comme on ne peut pas t’apprendre à peindre. Pour moi toutes les écoles d’art sont mauvaises. On peut t’apprendre une technique mais peindre c’est quelque chose que tu dois découvrir en toi-même. La connaissance de toi, on ne peut pas te la donner, mais quelqu’un doit te pousser.

On dit qu’en Alchimie il y a trois chemins pour arriver à faire ce qu’on appelle « le Grand Oeuvre » : c’est soit

Peut-être qu’aujourd’hui je vais jouer ce rôle de vous pousser un peu.

La deuxième histoire est soufie, je pense.

C’est un petit village dans lequel il y a un sage, très vieux. Tout d’un coup toutes les poules tombent mortes. Alors les villageois vont voir le vieux sage et ils lui demandent

  •  qu’est-ce que vous dites de cela, c’est une malédiction ! 
  • non, non, c’est pour le bien. Je ne peux pas vous dire pourquoi, mais c’est pour le bien.

Les villageois s’en vont et se disent que peut-être il commence à vieillir un peu…
Tout d’un coup les chiens tombent raides paralysés. Ils retournent voir le vieux sage et demandent

  • est-ce que c’est bon ou c’est mauvais ?
  • c’est bon !

Tout d’un coup tous les feux se sont éteints. Ils courent de nouveau voir le vieux sage

  • maintenant c’est vraiment une malédiction !
  • non, c’est pour le bien
  • Vous êtes devenu fou, on ne croit plus en vous, comment vous pouvez dire que c’est bien les poules mortes, les chiens paralysés, les feux éteints. Comment est-ce que vous pouvez dire ça !

Tout d’un coup une troupe de bandits arrivent au village. Alors le chef des bandits regarde et dit « pas de poules, pas de chiens, pas de feux dans les cheminées, personne n’est là. On s’en va. Et c’est comme cela que tous les villageois ont eu la vie sauve.

C’est une belle histoire. Cela m’a plu parce que parfois il nous arrive des choses et on pense que c’est une catastrophe. Même parfois il y a des êtres que l’on aime qui disparaissent et quand on a un grand deuil, tout d’un coup le monde te donne un bien que tu n’attendais pas qui t’équilibre. Quand tu es dans la voie spirituelle, bien sûr. Si tu n’es pas dans la voie spirituelle, tout est pour le mal. Si on te quitte, par exemple, premièrement demande-toi si ce n’est pas toi qui l’a provoqué, et peut-être que c’est pour le bien, comme cela enfin tu sais qu’on ne t’aime pas. Là tu vis dans la réalité.

Nous vivons à une époque difficile.

Pour vivre nous avons besoin de nous attacher, avoir une attache, mais pas névrotique. Avant on était attaché au monde, à un pays, à une nationalité. On aimait le lieu où on vivait. Mais maintenant le monde va si mal qu’on ne peut pas s’attacher au monde. Chacun de nous dans cette salle est mécontent du monde. On n’a pas une attache générale. On est sans attache et cela produit en nous un état inconfortable quand on n’a pas le trésor intérieur. Si tu vois les vieux films français, les français sont très sympathiques, d’une bonté incroyable. Et vois comme ils sont dans les films aujourd’hui, de même dans les films européens et les autres films dans le monde. C’est terrible. Parce que le monde a changé. C’est pour le bien, cela va s’améliorer. C’est le général qui ne va pas.

Une autre chose c’est que l’individuel ne va pas non plus. Ce monde, avec les lois, ne nous demande pas notre avis. Nous avons une individualité où on n’est pas ce qu’on est mais ce qu’on veut que nous soyons. On ne vit pas une authenticité d’être. On doit se bagarrer pour être soi-même. Donc on a une crise d’individualité. Heureusement tout est pour le bien. Il y a le réveil féminin qui va à une vitesse incroyable. La femme se rend compte qu’elle ne peut pas être ce qu’elle est mais ce que le monde masculin veut. Et l’homme se rend compte que vis-à-vis de la femme il a joué un faux rôle, que l’homme n’est pas ce soldat footboliste. Pour venir j’ai vu que dans le café à côté il n’y avait que des gars en train de voir le match de football. Pas une femme. 20 gars en train de regarder le football. Les femmes sont en train de les tromper, tant mieux pour elles. Car pendant qu’ils regardent le football, qu’est-ce qu’elles font, à cette heure ci ?

Ensuite nous n’avons pas de finalité. Crise de finalité. Nous n’avons pas de détermination. On se bat que pour que les grandes industries vendent du pétrole. On travaille pour les grandes multi nationales.

Alors dans ce monde là nous devons nous créer une vraie morale, de véritables attaches, une véritable individualité et des déterminations. C’est important de dire que malgré tout j’ai des finalités dans la vie, malgré tout je lutte pour mon authenticité et que je lutte pour m’attacher à ce que je dois m’attacher. Pas des nœuds que l’on ne peut défaire, mais sainement, avec santé je vais m’attacher. Moi je m’attache à donner ces conférences. C’est une attache sociale que j’ai. La réponse au monde, c’est créer notre propre monde dans le monde. Sans faire de révolution mais une mutation.

Bien sûr que l’on est amoureux de son Papa et de sa Maman, bien sûr qu’on a des pulsions pour les deux, bien sûr on est homme et on est femme, tous. Il faut laisser les enfants développer les noyaux homosexuels, bisexuels. Car c’est comme cela que nous sommes. Plus tard cela nous mène à créer la pensée androgyne. Celui qui est homosexuel est homosexuel et celui qui ne l’est pas, ne l’est pas. Mais attention quand on est homosexuel ou lesbienne de ne pas tomber dans le piège de se définir par la sexualité. Etre homosexuel ne signifie pas seulement coucher avec des personnes du même sexe que toi. C’est un abus de définir une personne par son activité sexuelle. Un homme ce n’est pas un gars qui couche avec des femmes et une femme n’est pas définie que par coucher avec des hommes. C’est une femme avec toutes les qualités d’un être féminin. Un homosexuel c’est un être complet différent des hétéros sexuels.

Quand je dis que l’on arrive à l’androgyne, c’est l’androgyne intérieur, c’est tout ce que cherchait l’Alchimie. L’esprit n’a pas un sexe, comme le signe du Tao, avec le Yin et le Yang. Une personne qui a une pensée masculine, c’est un monstre. De même les personnes qui essaient de trouver la pensée féminine car on essaie de se définir par une catégorie. Tandis que la pensée parfaite est absolument androgyne, comme la cathédrale de Notre Dame où au centre tu as le Christ, d’un côté tu as un Lion terrestre avec 4 pattes, de l’autre côté tu as un Lion ailé avec la Terre et le Ciel, à ta gauche tu as la Vierge qui est le féminin et à droite l’évêque qui est masculin. La tour masculine est plus mince et la tout féminine est plus large. C’est un monument androgyne. IL faut aller la voir avec ce regard.

Toute œuvre sacrée est androgyne. Le TAROT est androgyne : il y a toujours LUNE/SOLEIL, IMPERATRICE/EMPEREUR, PAPESSE/PAPE. Toutes les religions ne sont pas androgynes. Même le Bouddhisme ne reconnaît pas l’illumination féminine. J’ai le regret de le dire à mes amis bouddhistes. On n’a pas à chercher en orient car le plus haut degré spirituel est en Europe dans l’Alchimie.

J’ai une nouvelle formidable. On a découvert que les cendres sont un très bon fertilisant. Alors il y a maintenant des sociétés qui offrent pour les personnes qui se font incinérer des récipients bio dégradables où on met les cendres avec des graines d’arbre. Tu choisis la graine de l’arbre que tu veux mettre dans tes cendres. Moi, je choisis un chêne. Cela me plairait de donner naissance à un chêne, de savoir que j’ai la capacité de produire un arbre. Ce qui est formidable c’est qu’on peut faire cela avec toute sa famille. On les met ensemble et cela fait une petite forêt. On revient à l’Arbre Généalogique. Quelle merveille !

Tous droits de traduction, de reproduction et d’adaptation réservés pour tous pays